Le programme des Case Study Houses

Le programme des Study Houses a été lancé en Janvier 1945. Il a donc débuté dans le contexte très particulier et très propice des Etats-Unis de l’immédiat après-guerre. Un homme, John Entenza a su voir qu’il s’agissait d’un moment clef. Il a su prendre les devants pour en tirer les avantages. Ce contexte ainsi que la personnalité de ce dernier sont les éléments qui ont fait le succès du programme.

Un contexte particulier…

Cette période d’après-guerre est une période de pénurie où tout les types de materiaux de construction sont manquants. Paradoxalement, elle correspond également à une période où l’industrie de la construction fonctionne de manière très intense. Cette intensité s’explique par la longue période d’inactivité qui l’a précédé.

D’une part suite à la crise économique de 1929, l’activité constructive est fort ralentie pendant toutes les années trente.
D’autre part, la guerre de 39-45 marque un point d’arrêt complet et total à toute production . Toute l’activité économique est à ce moment orientée vers “ l’effort de guerre ”. Il y a alors très peu d’opportunitées de construction excepté pour construire des structures purement utilitaires…

Pendant toutes ces années et notamment pendant la guerre, on assiste à un très grand développement technologique et à de nombreux progrès. Ces nouvelles technologies vont enfin pouvoir être expérimentées et appliquées au bâtiment, ainsi par exemple :
– Les nouveaux plastiques rendent possible la construction de maisons utilisant des panneaux et des écrans translucides.
– L’invention et l’utilisation de la soudure à l’arc permet d’obtenir des soudures d’une qualité telle qu’elles peuvent être enfin exposées à l’intérieur des maisons.
– L’amélioration des résines synthétiques, qui les rendent plus resistantes que les résines naturelles, permet d’étancher et de développer des jointements adaptés au nouveaux panneaux de construction légers.
– L’apparition de nouvelles colles provenants l’industrie aéronautique permet le développement d’une très grande variété de nouveaux matériaux composites.

Enfin, cette période de construction ralentie n’a pas été synonyme d’un arrêt total de la production architecturale. Bien au contraire, la période d’entre-deux guerre a vu fleurir une multitude de projets théoriques. L’ensemble de ses potientalités vont enfin pouvoir connaitre une concrétisation. Elles vont se cristalliser dans les expérimentations du Case Study House Program.

John Entenza, un critique engagé…

John Entenza est l’homme qui a permis par son travail d’éditeur et de critique à toutes ces reflexions de voir le jour. Il a ouvert tout une aire d’expérimentation.

Entenza débute la publication du magazine «Arts and Architectures» en 1938. Le contexte Californien a certes toujours été favorable à l’Architecture Moderne. Mais il est nécessaire à l’époque de communiquer au travers un suppport médiatique auprès du grand public. Il s’agit de favoriser ainsi une bonne compréhension des nouvelles démarches de construction de maisons individuelles apparues pendant cette période d’après-guerre. Le magazine est devenu l’indiscutable leader permettant de gagner le public à l’acceptation d’une bonne conception et d’un travail sur la qualité architecturale. C’est Entenza qui en a été l’initiateur.
Essentiellement pédagogue, il est convaincu que vivant tous avec l’architecture, un travail sur la qualité de l’environnement construit nous concerne tous. Il garde une foi démocratique en la possibilité du public de comprendre un travail qualitatif sur notre environnement bâti quand il est fait un effort pour le lui présenter.

En 1944, il a une bonne idée du cours que va prendre l’architecture moderne après la guerre. Le temps est favorable à l’expérimentation. Les clients potentiels n’ont jamais été aussi nombreux…
En effet, la faible production de logements pendant les années de dépression a entrainé une pénurie d’habitations qui se fait durement ressentir au sortir de la guerre.
De plus, il y a un véritable travail à effectuer car une partie des clients potentiels pensent déjà à l’époque en terme de maisons clef-en-main. Qui plus est, le terme d’«Architecture» semble un bien grand mot pour des familles qui veulent, dans l’urgence, se loger confortablement et économiquement.
Même si la côte Ouest a toujours été un grand lieu d’expérimentation et d’innovation en matière d’architecture contemporaine; Entenza entrevoit le risque que la qualité architecturale des maisons construites régresse du fait de la forte production d’après-guerre. Il est, en effet à craindre que la qualité laisse ainsi place à la quantité…

Il y a certes des clients qui peuvent attendre patiemment que l’architecte achève les plans, et qui sont dans une démarche exigente de la qualité architecturale. Il existe également à cette époque des organismes de mécénat qui peuvent financer des travaux expérimentaux.
Mais, Entenza se rends compte que malgré tout beaucoup d’idées innovantes existants sur les tables à dessin ou dans l’esprit des concepteurs risquent de ne pouvoir se concrétiser et d’être définitivement perdues.

Historique du programme…

En 1945, Entenza abandonne donc son rôle passif d’éditeur pour jouer un rôle dynamique dans l’architecture de l’après-guerre.
Il engage huit agences dont le magazine «Arts and Architecture» devient le client. Chacune de ces agences est chargée de la conception d’une maison. C’est ainsi que commence le programme qui se prolongera après le départ de Entenza du magazine en 1962. Le Case Study House Program s’achève en 1967 à l’arrêt de la publication de “ Art and Architecture ”.

Le succès et la longévité du programme sont dues à sa simplicité. Le seul but annoncé est le développement d’un environnement de bien-être sans aucun préjugé idéologique. Les architectes sont encouragés à expérimenter de nouvelle formes et de nouveaux matériaux. Mais les matériaux ne doivent être sélectionnés ou utilisés seulement en fonction de leur qualités objectives. Il n’est pas question d’utiliser un matériaux seulement parce qu’il est nouveau.
La démarche inclut une conception paysagère de l’environnement proche de la maison ainsi que la création de mobiliers par des concepteurs reconnus. Durant les trois premières années du programme, 6 maisons sont totalement achevées, meublées et paysagées puis ouvertes au public.

Environ 500 000 personnes visitent la première douzaine de maisons. Le succès critique des maisons favorise plus que tout l’acceptation du public d’une conception expérimentale.

Les institutions de financement deviennent au fur et à mesure de plus en plus ouvertes et coopérantes. Les banques commencent peu à peu à financer les maisons contemporaines. Ils faut préciser que jusqu’à cette époque elles refusaient assez systématiquement de financer des maisons avec des murs en verre, plans ouverts, sans salle à manger, une cuisine faisant face à la rue, une toit plat et des dalles de béton au sol; convaincues qu’il s’agissait d’un investissement hasardeux sans valeur de revente… Or, toutes les maisons du “ Case Study House Program ” furent d’excellents investissements et elles le prouvent par leurs prix à la revente…

Dans les années 50, après que 13 Maisons soit complétées le programme continue au rythme d’une maison par an. Les architectes sélectionnés sont habituellement jeunes et peu connus hors du Sud de la Californie. Koenig et Ellwood auteurs de cinq projets à eux deux ont tout deux à peine trente ans quand ils sont sollicités pour concevoir une Case Study House. B