Case Study House #16′ par C. Ellwood

Craig Ellwood était encore un très jeune architecte quand il fut sélectionné par Entenza pour concevoir une Case Study House. Celle-ci est la première de la série de trois villas qu’il conçoit pour le Case Study House Program. Il propose ici une maison où il développe tout un travail sur des espaces extérieurs de qualités multiples qui viennent étendre et enrichir la maison de manières diverses et inattendues…

Les options constructives

  • Pour sa maison Elllwood a utilisé des colonnes en métal qui venaient juste d’apparaître sur le marché. En effet, du fait du déclin du chemin de fer, beaucoup de rails produites se trouvèrent inutilisées. Elles furent refondues ce qui permit aux compagnies de métal de développer de nouvelles gammes de produit…
  • L’utilisation de colonnes carrés plutôt que des colonnes en H permettent d’économiser beaucoup d’argent, elle sont plus légères, et permettent de simplifier un certain nombre de détails comme par exemple ceux des fixations des menuiseries.
  • Les poutres utilisées sont des I de 6 pouces et de 36 pieds de long.
  • Des panneaux translucides de 10 pieds de hauteurs  sont traités comme des murs étendus de la maison.
  • Les murs intérieurs de la maison sont traités également comme des écrans. Ils sont du même matériaux que les murs extérieurs permettant d’exprimer une continuité entre espaces intérieurs et espaces extérieurs. Ces panneaux sont exprimés en laissant apparaître la structure qui est peinte en noir. Ils sont décollés du sol, et sont séparés du plafond par une vitre en imposte.
  • La villa est composée sur une trame de 8 pieds.

  • La maison s’articule autour de deux axes occupés par les circulations, l’une intérieure, l’autre extérieure s’étendant longitudinalement dans le sens du projet.
  • La limite avec la rue est dessinée librement par une ligne continue tour à tour opaque ou translucide. Cette ligne de partage limite tout à tour des espaces couverts et non clos (comme le porche) ;  d’autres espaces, clos et découverts (comme la cour des enfants) ; ou encore certains espaces intérieurs et avec d’autres, extérieurs. Cette limite sépare de même, les cours des chambres, de la rue par une série de panneaux en verre translucide…
  • Les espaces intérieurs et extérieurs s’organisent perpendiculairement autour des deux axes  porteurs du projet.
  • La partition entre les espaces sociaux et les espaces individuels se fait le long d’un axe Nord-Sud passant au niveau de l’entrée.
  • Il étonnant de constater comment la villa dont la surface close s’inscrit dans un simple rectangle, et qui est construite grâce à une structure métallique complètement systématique n’empêche pas d’aboutir à une très grande variété d’espaces et d’usages. Chaque espace est parfaitement qualifié. Cet remarque est particulièrement sensible dans le jeu des espaces intérieurs et extérieurs.
  • Ceci s’illustre par exemple dans la séquence d’entrée : le porche est divisé en deux parties créant ainsi un passage couvert pour l’accès des piétons. Au fond, la villa autorise une double entrée : entrée de service qui permet d’accéder à la cour et la cuisine mais aussi entrée principale perpendiculairement. Le patio devant l’entrée permet d’amener la lumière au niveau de la sortie tout en créant une vue.
  • Chaque chambre est prolongée par des espaces extérieurs en continuité directe avec l’espace intérieur. La «master-bedroom» possède une double orientation ouvrant sur deux espaces distincts ayant chacun un statut différent: un espace refermé et intime à l’est; une terrasse s’ouvrant pleinement sur l’extérieur avec vue au loin au Sud…
  • De même, les espaces de vie possèdent une triple orientation avec trois types d’espaces étendus.
  • Ouverts sur l’extérieur lointain et ménageant un large panorama au sud : la “ view terrace ” comme l’a baptisé Craig Ellwood.
  • Ouverts sur l’espace extérieur direct et proche du jardin : la “ living-terrace ” est plus protégée sous de larges pergolas. Elle vient en prolongation directe de la salle à manger.
  • Beaucoup plus protégés, le “ child-play ” peut-être vécu à la fois comme un espace de service et un espace beaucoup plus refermé et intime.
  • La position et le statut des espaces de service est beaucoup moins claire. Ellwood semble faire la différence entre les espaces de services tel que salles de bain qui sont traitées comme des noyaux opaques et inamovibles tandis que les espace de cuisines sont traités comme chez Koenig de manière complètement mobilière… Ces espaces se trouvent dispersés et éclatés dans le plan de a maison.

Schéma 2 :

  • Ce schéma décrit la séquence spatiale s’étendant le long d’un des deux axes structurants du projet…
  • D’ouest en est, on retrouve se succédant: la «terrasse de vie» / la «cour d’enfants» / le patio d’entrée / le porche pour les voitures.

<Page précédentePage suivante >

2 réflexions sur “ Case Study House #16′ par C. Ellwood ”

  1. Excuse me, but is there any chance you could tell me where you got the photograph of the Craig Ellwood Case Study House no. 16 at the top of this page? I am looking to use it in a book I am about to publish and would be grateful if you could please tell me.

    Kindest regards,
    Clare Hamman

  2. Hello Clare,
    as I remember you can find this photo in the book written by Esther Mc Coy on the case study houses. I can look at the photo credit if you want. Cordially,
    Sylvain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *